Numéro #204

15 décembre 2010

Numéro non thématique

Valeurs nutritionnelles de plantes vivaces des parcours sahariens algériens pour dromadaires

auteur : | co-auteurs :

Certaines situations géomorphologiques du Sahara sont propices au développement et à la survie d'une végétation spontanée caractéristique et bien adaptée aux aléas climatiques du désert. Ces plantes des parcours sahariens contribuent à l'alimentation des dromadaires. Connaître leur valeur nutritive est nécessaire pour réfléchir à une gestion durable de ces pâturages.La valeur nutritionnelle de 21 plantes vivaces spontanées des parcours du Sahara septentrional algérien, utilisées par les dromadaires, a été étudiée. Leur composition chimique est caractérisée par une teneur élevée en composés pariétaux et en cellulose brute et une teneur faible en matières azotées totales (MAT) et en tanins. La digestibilité in vitro varie de 27 à 81% MS. La grande variabilité observée entre espèces est liée à leurs différents écotypes et aux conditions édaphiques (types de parcours). Cependant, les espèces les plus appréciées du dromadaire s'avèrent plutôt riches en composés pariétaux, pauvres en MAT et peu digestibles : chez le dromadaire, l'appétence serait liée à d'autres facteurs non pris en compte dans cette étude. 

Mots-clés : | | | | | | | | | |
Nutritional values of perennial plants in the Sahara rangelands of Algeria for dromedaries

Certain geomorpholigical situations in the Sahara are favourable to the development and survival of spontaneous plants that are characteristic and well adapted to the climatic hazards of the desert. These plants of the Sahara rangelands contribute to the feeding of the dromedaries. The nutritional value of 21 spontaneous perennial species of the Algerian Sahara rangelands was studied. Their chemical composition is characterized by a large content of cell-wall constituents and crude fibre and a small content of crude protein and tannins. The in vitro digestibility ranges from 27 to 81% of the DM. A great variability is observed among species, according to the different ecotypes and edaphic conditions. Remarkably, the species most appreciated by the domedaries appear to be those with rather large contents of cell-wall constituents, and have low crude protein contents and a low digestibility : with dromedaries, palatability seems to be linked to factors not accounted for in this study. 

Télécharger l'article

PDF - 160,13 ko