Numéro #52

15 décembre 1972

Numéro non thématique

Les oligo-éléments dans les foins en France

auteur : | co-auteurs :

Le présent article donne les résultats des analyses des foins prélevés par des éleveurs dans le cadre d'une enquête, au niveau national, sur les carences en oligo-éléments chez les ruminants en France.La variété des échantillons fournis permet de comparer statistiquement différents types de foins, de prairies naturelles ou de temporaires de 1er et de 2d cycle, etc. Il faut surtout retenir de ces résultats la pauvreté relative des foins de légumineuses (pures) en zinc et surtout manganèse par rapport aux autres foins.Les différences significatives de teneurs en cuivre, zinc... apparaissent entre régions mais, dans l'ensemble, 96 % des foins de 1ère coupe ont des teneurs en cuivre et en zinc inférieures au seuil de carence animale. Les carences possibles en manganèse sont moins importantes (20 %) mais dispersées sur tous les dépôts calcaires. Celles en sélénium sont également bien réparties sur tout le territoire. Les excès de molybdène ne paraissent pas à craindre. 

Mots-clés : | | | | | | |
Micro-elements in french hays

This paper gives results of analysis from hays sampled by stock-breeders as part of an investigation on a national scale on the micro-element deficiencies occurring in Ruminants in France...As the collected samples are numerous, it has been possible to make a statistical comparison between various types of hays, from natural meadows and from leys, from the 1st and the 2nd growth cycles, etc. It should mainly be noted that hays from (pure) leguminous swards are relatively poorer in Zinc and above all in Manganese then other hays.
There are significant differences between the copper and zinc contents of various regions, but, as a general rule, 96 % of hays from first cuts have copper and zinc contents underneath the deficiency thresholds for animals. Possible manganese deficiencies are less frequent (20%), but distributed over all calcareous soils. Selenium deficiencies are also regularly distributed over the whole territory, while molybdenum excesses do not appear to be dangerous. 

Télécharger l'article

PDF - 1,09 Mo