Numéro #25

15 mars 1966

Numéro non thématique

Sélection et mélange

auteur :

Le sélectionneur de graminées fourragères, en abordent le travail qui conduit à l'obtention de nouvelles variétés, doit tenir compte des facteurs qui régissent la production de l'herbe. La présente étude prend particulièrement en considération, parmi ces facteurs, ceux qui peuvent être sous le contrôle du sélectionneur : le choix du type de plantes et celui du mode d'exploitation.L'argument essentiel est le suivant: les méthodes utilisées par le chercheur aboutissent à sa création de variétés dont il n'est possible de prédire les performances que lorsqu'elles sont cultivées sous un ensemble de conditions : climat, sol et, par dessus tout, mode d'exploitation. Le destin de ces semences améliorées est considéré face à la multitude de «mélanges» recommandés aujourd'hui. Le Royaume-Uni importe chaque année de grandes quantités de semences de graminées fourragères, mais les variétés sélectionnées représentent seulement un faible pourcentage des semences utilisées dans ce pays.
L'auteur présente quelques résultats d'essais réalisés à Cambridge pour montrer quels sont les effets sur la production de la prairie des facteurs suivants : densité de semis, dimensions des graines, profondeur du semis, intensité des coupes et mélange de génotypes. Les conclusions tirées de ces essais montrent que les variétés sélectionnées sont· très souvent mal utilisées, A la fois par la pratique des mélanges et par l'utilisation de densités de semis trop élevés.Des vues d'avenir sur la sélection des plantes fourragères sont dégagées par l'auteur, ainsi que quelques idées nouvelles sur le système cultural à leur appliquer qui peut, dans une certaine limite, être préconisé en même temps que l'emploi des variétés améliorées. 

Breeding and blending

The grass breeder's approach to the problem of producing new varieties is related to factors controlling sward production. Those factors under the control of the breeder, especially plant type and management, are considered in more detail.It is argued that the methods used by the breeder produce seed of predictable performance when grown under a defined set of conditions climate, soil and, above all, management. The fate of this "improved" seed is considered in relation to the multitude of seeds prescribed today. Large imports of seed are made annually into the U.K. but bred strains account for only a low percentage of the herbage seeds used.
Some results from Cambridge trials are presented to show the effects on sward production of plant density, seed size, depth of sowing, cutting treatments and the mixing of genotypes. It is suggested that these results point to the frequent misuse of bred strains, both in blending and in the quantity of seed recommended per unit area.The future prospects for herbage breeding are discussed and some novel ideas of cropping mentioned which may, to a limited extent, supplement the use of herbage seeds. 

Télécharger l'article

PDF - 355,48 ko