Numéro #201

16 avril 2010

numéro non thématique

Cas d'un élevage laitier intensif en zone pluviale au Maroc : des cultures au cheptel bovin, quelles voies d’amélioration ?

auteur : | co-auteur :

Au Maroc, la production laitière a été stimulée par diverses mesures incitatives. Elle s'est essentiellement développée dans les zones où l'irrigation est possible. Le contexte est aujourd'hui moins favorable et le système de production des exploitations laitières doit être ré-étudié, en particulier en zone pluviale où ces exploitations sont de plus soumises aux aléas climatiques. L'analyse des pratiques agricoles d'une exploitation d'élevage laitier intensif en zone pluviale semi aride au centre du Maroc permet de porter un diagnostic sur les productions de fourrages et l'élevage. L'alimentation du troupeau est basée sur l'ensilage d'avoine et les concentrés. L'avoine, cultivée en rotation avec le blé et la jachère, a un rendement moyen (8,3 t MS/ha) et marqué par une forte variabilité intraparcellaire, en lien avec la fertilisation. L'alimentation des vaches est fortement dépendante des concentrés (73% des apports énergétiques). La production de lait annuelle est de 8 265 kg par vache mais les critères d'élevage (taux de réforme et de renouvellement élevés, intervalle moyen entre vêlages de 14,5 mois, faible démarrage de lactation et pic de production décalé) attirent l'attention sur divers problèmes dont l'alimentation des laitières. Des pistes d'amélioration sont suggérées, tenant compte des contraintes climatiques structurelles.

Mots-clés : | | | | | | | | | | | | | |
Example of an intensive dairy farm in a non-irrigated region of Morocco : what are the possible improvements, from the arable crops to the cattle herds ?

The dairy production in Morocco has been stimulated by various prompting measures. Its development took place mainly in the regions where irrigation was possible. At present, the conditions are less favourable and the production system of the dairy farms has to be studied anew, particularly in the non-irrigated zones, where these farms are moreover subject to the climatic hazards. By analysing the agricultural practices of an intensive dairy farm in a semi-arid non-irrigated zone of Central Morocco, it was possible to diagnose the forage production and the rearing of livestock. The feeding of the herd is based on oats silage and on concentrates. Oats, grown in rotation with wheat and fallow, has medium yields (8,3 t DM/ha), subject to large variations from field to field that are linked to fertilisation. The feeding of the cows is heavily dependent on concentrates (73% of the energy supply). The annual milk production amounts to 8 265 kg per cow, but the critical examination of the rearing conditions reveals various difficulties, among which the feeding of the dairy cows. Various methods of improvement are suggested to allow for the structural climatic constraints

Télécharger l'article

PDF - 172,29 ko