Numéro #131

15 septembre 1992

Numéro non thématique

Production prairiale dans les Préalpes : les pelouses à Bromus erectus

auteur : | co-auteur :

En zone préalpine, l'élevage ovin s'appuie sur l'utilisation des ressources diversifiées incluant les pelouses à brome. Les modalités de production de ces dernières ont été étudiées, dans le cadre d'une vallée, en mettant l'accent sur leur variabilité spatiale et temporelle. La croissance de l'herbe est reliée aux sommes de température et au bilan hydrique cumulé. L'effet des conditions stationnelles et des modalités d'utilisation est évalué, en particulier pour les repousses de printemps.
La pelouse à brome préalpine typique présente une productivité élevée pour la région méditerranéenne (3,5 à 4 t MS/ha/an) et un potentiel important avec un gain de 20 à 25 kg MS par kg d'azote épandu. La pousse printanière est fortement liée aux températures (2,2 kg MS par degré-jour) alors que le regain d'automne est inféodé aux disponibilités en eau (6,6 kg MS/ha/mm d'ETR). En revanche, les repousses printanières sont pénalisées par de fréquents déficits hydriques et n'atteignent que 4 kg MS/ha/mm d'ETR.

Mots-clés : | | | | | | |

In the Pre-Alps, sheep rearing is based on the utilization of diversified fodder resources, including Bromus erectus dominated pastures. The production characteristics of these pastures were studied in a valley, with an emphasis on variability in space and in time. Herbage growth was correlated with cumulated temperatures (degree-days) and with moisture balance. The effects of site conditions and of farming practices were evaluated on Spring regrowth.
Bromus erectus pastures reached fair levels of productivity for Mediterranean pastures (3.5 to 4 t DM/ha/year) with an increase of the forage yield of 20 to 25 kg DM/kg nitrogen applied. Spring growth was largely controlled by temperature (2.2 kg DM per degree-day), while Autumn aftermath was controlled by water availability (6.6 kg DM per mm actual evapotranspiration). Moreover, Spring regrowth was reduced by frequent temporaty water deficits, and amounted to only 4 kg DM per mm actual evapotranspiration.

Télécharger l'article

PDF - 572,40 ko