Numéro #129

15 mars 1992

Numéro non thématique

Valeur fertilisante azotée du lisier et du fumier de bovins sur ray-grass anglais

auteur :

Dans un essai ayant duré 8 ans sur ray-grass anglais, diverses modalités de fumure azotée minéral ont été appliquées : ammonitrate seul ou en complément de lisier ou de fumier, et lisier seul. Les traitements, comparés à un témoin sans azote, ont été établis sur la base de doses d'azote efficace équivalentes.
Les productions sont effectivement voisines. Mais, pour obtenir la même production, les doses d'azote de la fumure organique doivent être supérieures à celles de la fertilisation strictement minérale. D'où l'idée d'un coefficient-engrais pour le lisier et le fumier, calculé soit sur la base de la production de matière sèche, soit sur la base de l'exportation d'azote. Ce coefficient-engrais varie d'une année à l'autre, en fonction des conditions climatiques, des arrière-effets des apports organiques, de l'état de la prairie.

Mots-clés : | | | | |

A trial on perennial ryegrass lasting for 8 years compared various practices of mineral nitrogen fertilization : ammonium nitrate only, ammonium nitrate as a complement to slurry or farmyard manure, and slurry only. These treatments, compared to no nitrogen applied, were calculated so as to supply equal amounts of efficient nitrogen. The yields obtained were indeed quite similar.
However, for the same yields to be obtained, more organic nitrogen has to be applied than purely mineral nitrogen. This leads to the idea of characterizing the value of slurry and farmyard manure by a fertilizing value index based either on the dry matter yield or on the nitrogen output. This fertilizing value index varies with the years, the weather conditions, the after-effects of organic dressings, and the state of the pasture.

Télécharger l'article

PDF - 200,22 ko