Numéro #186

14 juillet 2006

Prairies, élevage, consommation d'énergie et gaz à effet de serre (1re partie)

Structuration de la diversité génétique de Hedysarum flexuosum en Algérie et au Maroc. Implications sur sa conservation

auteur : | co-auteurs :

Hedysarum flexuosum, utile pour la création et la valorisation de parcours, est représentée en Algérie et au Maroc par un nombre réduit de populations menacées de disparition. L'analyse de la structure génétique de cinq populations naturelles (une algérienne et 4 marocaines) prospectées dans ces deux pays a été abordée par l'étude du polymorphisme de 6 systèmes enzymatiques, révélés par électrophorèse horizontale sur gel d'amidon. Vingt loci, dont quinze se sont avérés polymorphes, ont été détectés. La diversité génétique intrapopulation est importante. Un écart significatif par rapport à la panmixie, par défaut d'hétérozygotes, est observé chez les populations. Une structuration génétique importante entre les populations est révélée. La différenciation entre les paires des populations marocaines est significative indiquant un faible flux de gènes entre elles en dépit de leur proximité géographique. L'indice d'identité génétique de Nei entre les populations est élevé. La forte similarité génétique entre les populations et leur différentiation substantielle témoigneraient de leur fragmentation récente, sous l'influence des pressions anthropiques. Les stratégies de conservation de l'espèce doivent donc s'appuyer sur la collecte d'un maximum d'individus à l'intérieur des populations ayant montré des taux élevés de polymorphisme. L'échantillonnage doit tenir compte de la localisation éco-géographique locale des populations. Une mise en défens des populations permettrait l'accroissement de leur taille et éviterait la perte d'allèles à long terme.

Mots-clés : | | | | | | | | |
Structuration of the genetic diversity of populations of Hedysarum flexuosum from Algeria and Morocco. Implication for its conservation

Hedysarum flexuosum L. grows spontaneously in Morocco and Algeria. The species is represented by a limited number of populations, often small-sized. The genetic diversity of five natural populations (one from Algeria and four from Morocco) was analysed, using six isozymes revealed by starch gel electrophoresis. Twenty loci were detected and 15 of them were polymorphic. A high level of genetic diversity within a population, as a result of the species' out-crossing breeding system, was revealed. The fact however that populations exhibited a significant deficiency of heterozygotes could result from their small sizes and from a substantial autogamy of the species. A large differentiation was revealed among Moroccan populations, indicating weak gene flows among them. There was a substantial differentiation among all populations (from both Morocco and Algeria). Nei’ s genetic identity values were high. The high level of the genetic similarity between populations and their substantial differentiation indicate their recent fragmentation, resulting mainly from anthropic pressures. The species conservation strategies should rest on the collection of a high number of individuals within populations that showed high rates of polymorphism in the two regions (Morocco and Algeria) according to the population eco-geographical conditions. Placing populations in defence would favoured their dynamic evolution and avoid allelic loss.

Télécharger l'article

PDF - 262,50 ko