Numéro #207

20 octobre 2011

L'utilisation des ressources prairiales et du territoire par le cheval

Comment améliorer la qualité sanitaire des fourrages pour réduire les pathologies respiratoires équines ?

auteur : Séguin V. - | co-auteurs : Gallard Y. - Garon D. - Lemauviel-Lavenant S. - Ourry A. -

Les poussières, moisissures, pollens et endotoxines présents dans les fourrages sont suspectés d'être les principaux agents étiologiques desmaladies pulmonaires équines. L'étude ici présentée ouvre des perspectives pour améliorer la qualité sanitaire des foins distribués aux équins et ainsi réduire la prévalence de ces maladies.
Une expérimentation, menée à partir du fourrage d'une prairie permanente bas-normande, a mis en évidence que certaines pratiques culturales (foin bottelé à 75% MS) ou une pluie après la coupe entraînent une augmentation des poussières respirables et des organismes fongiques, en particulier des espèces toxinogènes comme Aspergillus fumigatus. A l'inverse,d'autres pratiques limitent ces poussières et moisissures : le séchage en grange, l'enrubannage et l'ajout d'acide propionique lorsque les conditions météorologiques ne permettent pas de récolter le foin à 85% MS. L'analyse de fourrages monospécifiques ou commercialisés pour l'alimentation équine suggère que le choix de la composition floristique d'une prairie semée pourrait aussi constituer une voie d'amélioration. 

Télécharger l'article

PDF - 390,06 ko