Numéro #202

15 juin 2010

Les usages émergents des surfaces prairiales et des espèces fourragères (1ère partie)

Le pâturage augmente la valeur ajoutée de l'engraissement des bovins. Etude réalisée chez des exploitants du Civam du Haut Bocage (Deux-Sèvres)

auteur : Gazeau M. -

Les membres du Civam du Haut Bocage travaillent depuis plus de 15 ans à la mise en place de systèmes herbagers économes et autonomes sur leurs exploitations. Après avoir opté pour des prairies multispécifiques et une conduite rigoureuse du pâturage tournant, ils relèvent le défi d'engraisser des animaux à l'herbe... et montrent que cela est possible et économiquement intéressant !Treize éleveurs du Civam du Haut Bocage ont ainsi suivi 228 bovins au cours de leur période d'engraissement au pâturage pendant 3 années consécutives. 40% des animaux de l'échantillon ont été complémentés (moins de 5 kg/j de céréales). Les performances à l'herbe sont appréciables (900 g/jour en moyenne). Au-delà des résultats techniques, les agriculteurs ont élaboré une approche économique de leur pratique et comparé leurs coûts de ration à ceux de 2 types de rations classiques (ration avec ensilage et ration sèche). Les moindres performances à l'herbe sont largement compensées par le faible coût de l'herbe pâturée ; même en année pluvieuse, l'engraissement au pâturage s'avère plus intéressant que l'engraissement à l'auge. 

Télécharger l'article

PDF - 306,63 ko