Numéro #204

15 décembre 2010

Numéro non thématique

Nutrition phosphatée et potassique des prairies permanentes dans l'Est de la France. Analyse des pratiques de fertilisation sur 56 parcelles de Moselle

auteur : Lamy M. -

En région de polyculture - élevage, les prairies reçoivent le plus souvent une fertilisation minérale. Dans la conjoncture actuelle, les agriculteurs limitent les coûts de fertilisation, ce qui peut avoir des répercussions sur l'alimentation phospho-potassique des prairies permanentes. Les indices de nutrition P et K ont été mesurés dans 56 prairies permanentes (de fauche) de 27 élevages bovin viande de Moselle. L'alimentation phosphatée des prairies est globalement bonne, mais l'alimentation en potasse est plus souvent déficitaire (25% des parcelles). Les prairies en fauche - pâture ont des niveaux de nutrition plus élevés que les parcelles en fauche exclusives ou précoces aux besoins en fertilisants supérieurs. Face à l'accroissement du coût des engrais, en 2009, la fréquence des "impasses" de fertilisation P-K a sensiblement augmenté, pratique problématique si elle est répétée à long terme. Une autre stratégie, basée sur l'utilisation conjointe d'un engrais azoté et d'un engrais binaire adapté aux prairies (0-15-30), permet une économie substantielle malgré le coût d'un passage supplémentaire par rapport à l'emploi d'un engrais complet, malgré le coût d'un passage supplémentaire. 

Télécharger l'article

PDF - 199,02 ko