Numéro #123

15 décembre 1990

Numéro non thématique

Quelle place accorder au maïs dans les systèmes fourragers ? Cas des exploitations laitières du Bas-Trégor (Finistère)

auteur : Allézard V. -

Le Bas-Trégor, au nord du Finistère, est caractérisé par un climat relativement frais et humide par rapport au reste de la Bretagne. La culture du maïs y est donc délicate. L'évolution des systèmes fourragers montre comment, par une recherche constante de l'optimisation des systèmes fourragers et des systèmes de production, les éleveurs on utilisé successivement les techniques et les matériaux végétaux existants. Après une période d'utilisation massive du ray-grass d'Italie, le maïs a vue croître sa part dans la sole fourragère (1968). A partir de 1977, le ray-grass, que l'on savait alors mieux valoriser, a vite prouvé sa meilleure adaptation au climat local (rendement et régularité). En vue de raisonner la place respective à leur accorder, une grille de choix a été établie en fonction des potentialités mesurées chez l'éleveur pour le maïs, le ray-grass anglais et la betterave, culture qui a récemment connu un regain d'intérêt (1984). La mise en place des quotas laitiers a favorisé la production de lait d'hiver (et donc les cultures de maïs et de betterave, assurant de fortes rations hivernales) et le développement d'ateliers annexes. Mais de nombreuses questions restent en suspens sur les évolutions à court et à moyen terme.

Télécharger l'article

PDF - 656,27 ko