Numéro #119

15 septembre 1989

De quelles prairies aurons-nous besoin demain ?

Rôle agronomique de la prairie dans la gestion du drainage des nitrates vers la nappe phréatique

auteur : | co-auteurs :

Les pertes d'azote par lessivage sous prairie fauchée ont été contrôlées en cases lysimétriques, dans les conditions pédoclimatiques de Bretagne Occidentale (Quimper) et du Massif Central (Marcenat et Theix). En moyenne, les pertes annuelles d'azote nitrique par lessivage sont faibles pour des niveaux de fertilisation azotée correspondant aux exportations d'azote par la prairie (10 à 20 kg/ha/an). Ces pertes augmentent si le niveau de fertilisation azotée n'est pas compatible avec le potentiel de production de la prairie.
Par contre, selon nos collègues britanniques, les pertes d'azote sous prairie pâturée recevant une fertilisation azotée élevée (420 kg N/ha/an) sont importantes (160 kg N/ha/an). Ces pertes seraient nettement plus faibles dans le cas d'une pâture à base de ray-grass anglais – trèfle blanc sans apport d'azote minéral (23 kg N/ha/an).

Mots-clés : | | | | | |

Nitrogen losses by leaching under mown grasslands have been studied in lysimeters under the pedo-climatic conditions of the S.W. tip of Brittany (Quimper) and of the Massif Central (Marcenat and Theix). Annual Nitrogen losses are low (10 to 20 kg/ha/year) when the fertilizer inputs are in accordance with herbage removals. These losses are larger when the nitrogen inputs don’t square with the expected yield.
Nevertheless, according to our British fellow workers, the grazing animal profoundly alters the nitrogen losses. For a high level of fertilizer-N (420 kg/ha/year), the amounts of nitrate leached below a grass sward grazed by cattle are considerable (160 kg/ha/year). These losses are lower for a perennial ryegrass – white clover association (23 kg/ha/year), when no fertilizer N is given.

Télécharger l'article

PDF - 614,02 ko