Numéro #199

12 octobre 2009

Des fourrages de qualité pour des élevages à hautes performances économiques et environnementales (2e partie)

La valeur nutritive des fourrages n’est pas liée au mode de conduite, biologique ou conventionnel, des exploitations agricoles

auteur : | co-auteurs :

Les pratiques de gestion appliquées aux prairies influent notamment sur la composition botanique du couvert végétal et sur l'état du peuplement au moment de la récolte, et donc sur la valeur nutritive des fourrages. On peut donc se demander si les pratiques liées au cahier des charges de l'agriculture biologique ont un impact sur la valeur nutritive du fourrage.
Des parcelles de prairies ont été suivies (composition botanique du fourrage vert et estimation de la valeur nutritive) dans huit exploitations (4 en agriculture biologique et 4 en agriculture conventionnelle) d'élevage bovin lait de la zone de moyenne montagne granitique du Massif central. Les deux groupes d'exploitations diffèrent surtout par la fertilisation minérale, qui est de 73 unités par hectare en agriculture conventionnelle.
Les fourrages biologiques et conventionnels n'ont généralement pas de valeurs nutritives significativement différentes. La richesse en légumineuses des fourrages biologiques est supérieure à celle des fourrages conventionnels (significativement pour le stade " épiaison " et pour les récoltes de deuxième cycle), sans répercussion significative que sur la valeur azotée des fourrages. Cependant, au-delà de 30%, de légumineuses dans la matière sèche, la valeur MAT est élevée avec une variabilité plus faible.

Mots-clés : | | | | | | | |
The feeding value of forages is not linked to the type of management (organic or otherwise) applied by the farmers

The way pastures are managed has an influence, especially on the botanical makeup of the swards and the state of the vegetation at harvest, and consequently on the nutritive value of the forages. It can therefore be wondered whether the practices linked to the specifications of organic farming affect the nutritive value of the forage.
Some pasture plots were monitored (for their botanical makeup and the estimated nutritive value of the herbage) on 8 dairy cattle farms in the granitic medium uplands of the Massif Central, 4 of them organic and 4 traditional. The difference between the two groups lies mainly in the mineral fertilization, amounting to 73 units per hectare on the traditional farms. There are generally no significant differences between the feeding values of the organic and the traditional forages. The organic forages are richer in legumes (significantly so at the 'heading' stage and in the harvests of the second growth cycle), but with no significant consequence on the nitrogen value of the forages. However, when there are more than 30% of legumes in the dry matter, there is a high Crude Protein content, with a lesser variability.

Télécharger l'article

PDF - 321,96 ko