Numéro #163

07 septembre 2000

Fourrages annuels et environnement

Importance, diversité et évolutions quantitatives des fourrages annuels en France

auteur :

Au cours des dernières décennies, les surfaces en fourrages annuels sont restées relativement stables, aux environs de 2 millions d'hectares, soit 14% de la superficie fourragère nationale. Mais plusieurs fourrages annuels ont connu une chute spectaculaire, au profit du maïs fourrage.
Une dizaine de fourrages annuels ont été ou sont actuellement cultivés tels que le maïs, le ray-grass d'Italie (de courte durée), la betterave fourragère, le chou fourrager, le colza fourrager, le sorgho fourrager, certains trèfles, la vesce commune, le navet fourrager… Plusieurs autres céréales ainsi que d'autres espèces (graminées, légumineuses…) sont cultivées en culture principale ou en dérobée afin d'être totalement ou partiellement distribuées aux animaux. Certaines d'entre elles ont, en effet, d'autres fins : récolte en grain, en semence, couverture du sol, etc. Une présentation rapide de chacun de ces fourrages précise leur évolution, leurs principaux usages ainsi que leur répartition actuelle en France.

Mots-clés : | | | | | | | | |
Importance, diversity and quantitative evolution of annual forage crops in France

The total acreage of annual forage crops has remained relatively stable during the preceding decades, amounting to ca. 2 M ha, but the acreage of several of them has plummeted to the advantage of that of forage maize. Some ten species are now grown as annual forage crops, among them maize, Italian ryegrass (the short-lived types), forage beets, kale, forage rape, forage sorghum, certain clovers, common vetch, turnips, etc. Various cereals and other species (grasses, legumes…) are grown as main crops or as catch crops, to be used solely or partly as animal feeds. Some of them are indeed used for grain, for seed, for soil cover, or for other purposes. For each of them, a rapid description is given of their evolution, their main uses, and their present distribution in France.

Télécharger l'article

PDF - 2,57 Mo