Numéro #182

01 juin 2005

Génétique et prairies (1re partie)

La diversité génétique au sein des variétés : une richesse ou un problème ?

auteur :

Le cas particulier de la luzerne, espèce fourragère autotétraploïde allogame, qui bénéficie d'une longue histoire d'amélioration, apporte des éléments de réponse. Les ressources génétiques de luzerne actuellement utilisées sont en fait un complexe de plusieurs souches.
Les systèmes agricoles actuels demandent des variétés à haute spécialisation pour lesquelles le caractère homogénéité est fondamental. L'enrichissement de la diversité génétique n'est pas facile dans ce contexte. L'institut de Lodi a choisi d'utiliser la diversité ‘agronomiquement utile' des sous-espèces pures sativa ou falcata. L'utilisation de la diversité génétique dans le processus de construction des variétés est discuté par rapport à : a) l'exploitation des aptitudes générale et spécifique à la combinaison qui interviennent positivement sur la valeur d'une variété ; b) l'effet de consanguinisation qui, au contraire, agit négativement sur le progrès attendu ; c) le degré d'homogénéité au niveau d'individu et les relations entre individus dans la prairie ; d) l'estimation du niveau d'hétérozygotie intra-variétal dont disposent les formules génétiques selon leur niveau de consanguinité.
Il ressort que la diversité génétique joue un rôle important pour équilibrer l'effet de consanguinisation chez différents modèles variétaux (semi-hybrides et synthétiques) à nombre de constituants réduit et partiellement consanguins. De plus, la diversité génétique peut être utilisée pour faire exprimer, étudier et exploiter les interactions non additives liées à l'aptitude spécifique à la combinaison au sein d'un modèle variétal semi-hybride.

Mots-clés : | | | | |
Does the genetic diversity within cultivars constitute an asset or a problem ?

This question can be partly answered by considering the particular case of Lucerne, an allogamous autotetraploid forage plant with a long history of improvement through breeding. As a matter of fact, the present genetic resources of lucerne utilized nowadays are made up of a number of different strains.
Present agricultural systems require highly specialized cultivars, for which homogeneity is an essential feature. Under these circumstances, it is difficult to increase the genetic diversity. The Breeding Station at Lodi opted for the utilization of an 'agriculturally useful' diversity in the pure subspecies sativa or falcata. The utilization of genetic diversity in the process of cultivar creation is discussed with consideration of the following points : a) the utilization of the general and the specific combining abilities, having a positive effect on the value of a cultivar, b) the effect of intensified inbreeding, with a negative effect on the expected progress, c) the level of homogeneity among individual plants and the relationships among different individual plants in the sward, d) the estimation of the level of intra-varietal heterozygosity available in the various genetic formulae according to the level of inbreeding.
The results show that genetic diversity has a balancing effect against increased inbreeding in various models of cultivars (semi-hybrid and synthetic) with a limited number of partly inbred constituents. Moreover, genetic diversity can be used for expressing, studying and utilizing the non-additive interactions linked to the specific combining ability within a semi-hybrid model of cultivar.

Télécharger l'article

PDF - 528,12 ko