Numéro #62

15 juin 1975

L'herbe face à la crise de l'énergie et des protéines

Bilan des éléments fertilisants sur les exploitations d'élevage

auteur :

L'auteur cherche à montrer comment, dans une exploitation d'élevage, on peut économiser l'achat de fertilisants grâce à une meilleure connaissance du bilan des éléments minéraux. Ce bilan doit tenir compte des différents achats à l'extérieur (aliments du bétail, compléments minéraux) et des ventes des produits animaux et végétaux ainsi que des pertes. La situation est évidemment différente selon qu'il s'agit d'exploitations sur sols carencés en minéraux ou sur sols adéquatement pourvus.Pour l'acide phosphorique et le potasse, dans les exploitations intensives, sur sols bien pourvus; les achats d'aliments du bétail et de compléments minéraux permettent parfois de supprimer totalement l'achat d'engrais minéraux, ce qui est illustré par des résultats de la région du Finistère, où depuis ces dernières années la tendance à une forte concentration d'animaux a permis de diminuer sensiblement le nombre de fermes sur sols carencés en acide phosphorique et potasse.
Pour l'azote, il est d'une part très difficile d'établir des bilans précis, car les pertes sont en grande partie inconnues et, d'autre part, l'utilisation de cet élément, notamment sur surfaces fourragères, pose des problèmes difficiles (brûlures de l'herbe, parties souillées boudées par les animaux au pâturage) et il faut de toute façon envisager le recours à une certaine quantité d'engrais azotés achetée au dehors. 

Mots-clés : | | | | |
Balance of fertilizing elements on stock-rearing farms

The author tries to show how fertilizers can be spared on a stock-rearing farm thanks to a better knowledge of the balance of mineral elements. This balance has to take into account all outside purchases (animal feeds, mineral complements) and the sales of animal and plant products, as well as the losses. The situation is of course different if the farms are located on deficient soils or on soils well supplied with nutrients.As far as phosphate and potash are concerned, in intensive farms on well-supplied soils, the purchased animal feeds and mineral complements may sometimes obviate the necessity of buying mineral fertilizers, and this point is illustrated by results from Finistère, where these years the trend towards a larger concentration of animals entailed a marked decrease of the numbers of farms on phosphate-deficient and on potash-deficient soils.
For nitrogen, it is on the one hand very hard to determine accurate balances as the losses are largely unknown, and on the other hand, there are difficult problems raised by the use of this element (scorching, fouled spots refused by the grazing animals), and in any case some amount of nitrogenous fertilizer will have to be purchased outside. 

Télécharger l'article

PDF - 446,55 ko