Numéro #178

15 juin 2004

La biodiversité des prairies : Un patrimoine - un rôle fonctionnel (1re partie)

Maintenir le potentiel adaptatif des espèces prairiales pour conserver la diversité spécifique et fonctionnelle des prairies

auteur : | co-auteurs :

Une gestion durable de la biodiversité prairiale vise notamment à
conserver la diversité végétale spécifique et fonctionnelle des prairies, ce qui nécessite de raisonner la gestion conservatoire du point de vue de l'évolution et de l'adaptation des espèces. Une présentation synthétique de la problématique précède la présentation de deux initiatives.

L'enjeu de la gestion de la biodiversité peut être représenté par un domaine de "viabilité" ; deux limites encadrent ce domaine et correspondent à trop ou trop peu de brassage génétique, limites au-delà desquelles le potentiel adaptatif des espèces est en danger. L'examen des mécanismes évolutifs nous permet de définir des préconisations de gestion : l'application du principe de précaution en raisonnant toute introduction de matériel végétal nouveau dans les prairies et toute rupture ou, au contraire, facilitation dans les échanges de gènes. Ce principe est mis en œuvre dans la restauration de pelouses dégradées d'altitude des Pyrénées via la création d'une filière de semences (projet ECOVARS). Mais, dans le domaine de viabilité, nous ne
savons pas piloter la diversité génétique. Le projet de recherche GECO a ainsi pour objectif de faire un lien entre les pratiques d'élevage et d'aménagement du territoire, la dynamique de la diversité génétique et son impact sur les fonctionnalités de l'écosystème.

Mots-clés : | | | | |
Conservation of the specific and the functional diversity of grasslands through the maintenance of the adaptative potential of pasture plants

The conservation of the specific and the functional diversity of
pasture plants requires the rational management of their conservation from the point of view of the evolution and adaptation of these species.
The apparent stability of the ecosystems and the survival of the species concerned are based on a rapid change in the intraspecific and interspecific gene pool present in the grassland plants. A sustainable management of biodiversity has to rest on the conservation of the adaptative potential of the species and of the ecosystems. The problem of managing
biodiversity can be illustrated by a field of 'viability' within the limits of which the evolutive mechanisms have to be maintained if their integrity is to be kept secure. These limits are two in number : they correspond to an excessive and an insufficient genetic shuffling ; beyond them, the adaptative potential of the species is in danger. The analysis of the
evolutive mechanisms gives the means of advocating methods of management ensuring that these limits of the field of viability will be respected ; the principle of caution has to be implemented and will have to govern any introduction of new material and any hindrance or, a contrario, facilitation of gene exchange. This principle has been applied in the Ecovars project, which aims at the reclamation of degraded mountain pastures in the Pyrenees through the creation of a Pyrenean seed production
system for the revegetation of the swards concerned. On the
other hand, with regard to the interior of the field of viability, we do not know how to steer the genetic diversity, so further research work remains to be done. The Geco research project aims at creating a link between livestock-rearing practices and country planning, the dynamics of genetic diversity and its effect on the workings of the ecosystem.

Télécharger l'article

PDF - 150,51 ko