Numéro #148

15 décembre 1996

La sélection des espèces prairiales destinées aux ruminants (2e partie)

Effet du génotype et du stade de récolte sur la valeur laitière du ray-grass anglais

auteur : | co-auteurs :

La qualité de 37 variétés de ray-grass anglais (très différentes par leur précocité et leur ploïdie) et de 3 espèces de référence est appréciée par analyse en Spectrométrie dans le Proche InfraRouge à 2 stades de récolte (stade pâturage et stade ensilage). La quantité de lait potentiellement productible est une référence synthétique, calculée à partir des valeurs prédites par SPIR, qui prend en compte la valeur alimentaire VEM du fourrage, la matière organique digestible et l'ingestibilité. Pour un même stade de récolte, comme au sein de chaque groupe de précocité ou de ploïdie, les variétés de ray-grass anglais présentent des différences importantes de quantité de lait potentiellement productible. L'écart entre les variétés est plus marqué au stade ensilage qu'au stade pâturage. La production laitière moyenne estimée pour le stade pâturage (21,9 l) est supérieure à celle du stade ensilage (19,38 l).

Mots-clés : | | | | |
Effects of genotype and cutting stage on the dairy value of perennial ryegrass

The forage quality of 37 cultivars of perennial ryegrass with a large variation of heading date and comprising both diploid ad tetraploid types, together with 3 reference species, was assessed by near InfraRed spectrophotometric analysis at two cutting stages : grazing stage, simulated by a herbage cut at 15-18 cm stem height, and silage stage, corresponding to the beginning of ear emergence. The amount of milk potentially produced is a synthetic reference value calculated from the results of near IR spectrophotometry, taking into account the feeding value (VEM), the digestible organic matter and the voluntary intake. At a given cutting stage, there are great differences in the amount of milk potentially produced among the various cultivars of perennial ryegrass. The variation is also large within groups of cultivars of the same earliness of of the same ploidy level. Differences among cultivars are more marked at the silage stage than as the grazing stage. The average milk production is estimated to be greater at the grazing stage (21,9 l) than at the silage stage (19,38 l).

Télécharger l'article

PDF - 1,77 Mo