Numéro #93

15 mars 1983

Numéro non thématique

Essai comparatif de dix graminées fourragères dont six cultures de bromes dans le Finistère. Production, valeur nutritive, composition minérale

auteur : | co-auteurs :

Durant 4 années, un essai portant sur dix graminées fourragères (ray-grass d'Italie, ray-grass anglais, dactyle, fétuque élevée, deux bromes cathartiques, deux bromes sitchensis, deux bromes carinatus) a été mené par l'I.N.R.A. de Quimper (Sud-Finistère), dans le cadre plus large d'un réseau national d'essais sur les bromes. De très nombreuses analyses minérales ont été réalisées dans cet essai particulier.Une première constatation s'impose d'évidence: on ne doit pas parler «du brome» mais « des bromes», tant est grande la variabilité interspécifique du genre Bromus. Elle se manifeste pour la physiologie de la reproduction, pour la productivité (de très bonne à moyenne), pour la valeur alimentaire (moins énergétiques que les ray-grass, les bromes ont une meilleure valeur azotée), pour la composition minérale (teneurs très variables, notamment en sodium).Il semble, d'après ces résultats, que le brome cathartique présente, dans la zone du Sud-Finistère où il se révèle bien adapté, de meilleures aptitudes pour la production fourragère que les bromes des deux autres types. 

Mots-clés : | | | | | | | | | | | | | |
Comparative trial of ten forage grasses, among which six cultivars of Bromus (Production, feeding value, mineral composition)

A trial with ten forage grasses (Italian Ryegrass, Perennial Ryegrass, Cocksfoot, Tall Fescue, two cultivars of Bromus catharticus (= unioloides), two of B. sitchensis, two of B. carinatus) was followed for four years at the I.N.R.A. Station of Quimper (South Finistère, Brittany), as part of a wider national set of trials on Bromus. Numerous mineral anaIysis have been realized in this particular trial.A first evidence compels recognition, i.e that it makes no sense to speak of « Bromus » in the singular ; the plural is required by the large inter-specific variability within the genus Bromus. This variability is evident in the reproductive physiology, the productivity (from very good to medium), the feeding value (the species of Bromus contain less energy than the ryegrasses, but more protein), and the mineral composition (there are large variations, especially in the sodium contents).To judge by these results, it seems that Bromus catharticus, in the south Brittany region, is better adapted to give high yields of forage than the other two species. 

Télécharger l'article

PDF - 866,54 ko