Numéro #52

15 décembre 1972

Numéro non thématique

Signification de la souplesse d'exploitation chez le dactyle

auteur :

La souplesse d'exploitation des graminées fourragères a souvent été caractérisée par l'intervalle entre le stade épi à 10 cm et l'épiaison. En fait la signification de ce caractère dépend du mode d'exploitation : pâturage ou fauche pour la conservation. Sa borne supérieure a surtout un sens pour la pâture. Avec une utilisation en conservation, le stade limite d'exploitation doit plutôt être fixé par un seuil de valeur alimentaire (digestibilité et quantité consommée).Ainsi, en prenant le critère digestibilité comme borne supérieure de la souplesse d'exploitation, le dactyle qui a un intervalle stade épi à 10 cm-épiaison assez court, n'apparaît pas comme une espèce peu souple d'exploitation. Cette espèce a en effet, même quelques jours après l'épiaison, des tiges de bonne digestibilité et bien consommées. Cette observation renforce l'intérêt du dactyle dans une exploitation pour la conservation. 

Mots-clés : | | | | |
Significance of the interval between 10 cm of stem elongation and heading in cocksfoot

The ease with which forage grass species can be managed in Spring is often characterized by the interval between the beginning of rapid stem elongation (stage 10 cm) and the heading. The significance of this characteristic depends on the management system used : grazing or cutting for conservation. Heading as the upper limit of exploitation, has a sense mainly for grazing. When cut for conservation, the stage limiting exploitation can be better defined by a threshold feeding value (digestibility and animal intake).Thus, taking a threshold digestibility as the upper limit of management, cocksfoot, a species having a short interval of 10cm stem elongation to heading, does not appear especially difficult to manage. This is because this species has, even some days after heading, stems of good digestibility and is well consumed. This observation reinforces the interest in cocksfoot for conservation. 

Télécharger l'article

PDF - 257,39 ko