Numéro #51

15 septembre 1972

Numéro non thématique

Etude économique sur les chaines de récolte des fourrages

auteur :

Quelle devrait être, pour la recherche d'un revenu maximum, la conséquence d'une modernisation de la technique de récolte de fourrages secs dans l'entreprise agricole ? Ce problème est étudié sur modèle de programmation linéaire stochastique dans quatre types d'entreprises de Haute-Savoie. Par rapport à la récolte du foin séché au sol, la substitution de la ventilation ou/et l'adjonction de la déshydratation permettent d'augmenter le chargement unitaire des surfaces fourragères avec diminution du travail nécessaire. L'exploitant devrait donc, malgré l'augmentation des coûts de récolte et pour mieux valoriser sa terre, développer la production laitière au détriment des cultures céréalières.Ceci entraîne l'emploi d'un volume de travail au moins égal à celui du système antérieur, pour une période de fenaison toujours aussi longue et donc des foins de qualité peu améliorée; ceci nécessite surtout des investissements importants dont la rentabilité est cependant mal assurée. L'ensilage de mais, non recommandé dans cette région, aurait le même effet mais permettrait une progression plus importante du revenu pour des investissements plus faibles. 

Mots-clés : | | | | | |
Economical investigations on the harvesting sequences

What should be, as regards the aiming at a maximum income, the consequences of modernizing the harvest technique of dry forage on the farm ? This problem has been studied on four classes of farms in Upper Savoy by means of stochastic linear programming models. As compared to the harvest of field-cured hay, the use of barn-drying by air and/or the addition of dehydration make it  possible to increase the stocking-rate on the forage plots, and to lessen the necessary amount of work. The farmer should therefore develop dairying and decrease the cereal crops, in spite of larger harvesting costs, in order to get a better value out of his land.This brings about the use of an amount of labour at least equal to that of the prior system, for a hey-cutting period just as long, and thus for hay of hardly better grade ; this necessitates above all large investments of which the profitability is however little secure. Maize silage, not to be advocated in these region, would have the same effect, but the growth of income would be greater, with smaller investments. 

Télécharger l'article

PDF - 501,89 ko