Numéro #142

15 juin 1995

Numéro non thématique

Dynamique et rénovation de la végétation des prairies de fauche des Alpes du Nord

auteur : | co-auteur :

Deux démarches sont associées pour étudier la dynamique et la rénovation de la végétation des prairies de fauche des Alpes du Nord humides : l'enquête sur des parcelles exploitées par des agriculteurs et l'expérimentation de durée moyenne (5 ans). Est plus particulièrement analysée l'influence des pratiques agricoles (stade de fauche, fertilisation) et de techniques de rénovation (désherbage sélectif, sursemis) sur la maîtrise du taux de grosses dicotylédones souvent envahissantes en montagne : ombellifères (Anthriscus sylvestris, Heracleum sphondylium), géranium des bois (Geranium sylvaticum), etc. Des solutions techniques diversifiées tenant compte des besoins et des contraintes des exploitations agricoles sont proposées. L'analyse comparée de résultats d'expérimentations et d'enquêtes démontre la complémentarité de ces 2 démarches mais illustre aussi le risque qu'il y a à considérer comme équivalentes une technique étudiée en expérimentation et une pratique agricole mise en oeuvre dans une exploitation.

Mots-clés : | | | | | | | | | |
Sward dynamics and sward renovation in meadows of the Northern Alps

A combination of two approaches was used to study the dynamics and the renovation of meadow swards in the humid Northern Alps : a survey of plots managed by farmers, and trials of medium duration (5 years). The analysis bore specially on the influence of agricultural practices (cutting stage, fertilization) and of renovation techniques (selective weed-killing, over-sowing) on the control of large dicotyledons, often a plague in mountain pastures : Umbelliferae (Anthriscus sylvestris, Heracleum sphondylium), wood cranesbills (Geranium sylvaticum), etc. Diverse technical solutions are put forward, taking into account the requirements and constraints of the farms. The comparative analysis of the experimental results and of the surveys points out the complementarity of the two approaches, but shows also that there is a risk involved in considering as equivalent a technique studied in a trial and an agricultural practice used on the farm.

Télécharger l'article

PDF - 831,39 ko