Numéro #187

16 octobre 2006

Prairies, élevage, consommation d'énergie et gaz à effet de serre (2e partie)

L’utilisation de l’indice de nutrition azotée en prairies naturelles avec présence de légumineuses

auteur : | co-auteurs :

Le diagnostic de la disponibilité en azote dans des prairies s'avère imprécis sur des parcelles où la contribution de la composante légumineuse devient importante. Un tel diagnostic, réalisé par la méthode des indices de nutrition azotée, surestime la disponibilité en azote du milieu en présence de légumineuses, car dans l'analyse il intègre l'azote d'origine atmosphérique contenu dans leur biomasse. Deux dispositifs expérimentaux situés dans des milieux différents ont été utilisés pour mettre en évidence cette surestimation en montrant que son niveau était linéairement corrélé à la proportion de légumineuses dans la prairie. Ainsi, des proportions de légumineuses d'environ 10 et 30% de la biomasse de la prairie surestiment la valeur des indices d'azote de 7 et 21 points respectivement. La relation linéaire qui existe entre la contribution de légumineuses à la biomasse totale et la surestimation des indices permet d'envisager la correction de ceux-ci dans des situations où la proportion de légumineuses a été quantifiée. Elle permet également de faire l'économie d'un double dosage d'azote suite au tri de la biomasse en deux fractions.

Mots-clés : | | | | | | |
Utilization of the nitrogen nutrition index in natural pastures containing legumes

It has been shown that the diagnosis of the availability of nitrogen in natural pastures lacks accuracy whenever the proportion of legumes becomes important. Such a diagnosis, when based on the method of the nitrogen nutrition index, overestimates the availability of nitrogen in the environment when legumes are present, since the analysis takes into account the amount of nitrogen of atmospheric origin that is contained in their biomass. Two trials, situated in two different environments, show a linear relationship between the excess in the estimation and the proportion of legumes in the pasture. Thus, if legumes constitute approximately 10 and 30% of the pasture biomass, the nitrogen indices are overestimated by 7 and 21 points respectively. The linear relationship existing between the contribution of the legumes to the total biomass and the overestimation of the indices gives the possibility of correcting these where the proportion of legumes has been quantified. It makes it also possible to have but a single measurement of nitrogen instead of two after the sorting of the two constituents of the biomass.

Télécharger l'article

PDF - 165,02 ko