Numéro #120

15 décembre 1989

Numéro non thématique

Intensification des prairies des marais de l'Ouest. II-Fertilisation et méthodes de diagnostic de la nutrition minérale

auteur : Pons Y. - | co-auteurs : Lafon E. - Lemaire G. - Salette J. -

Pour apprécier la marge de progrès possible pour la production des prairies des marais de l'Ouest de la France, le potentiel de production pédoclimatique a été déterminé pour la première repousse de printemps. Il est élevé et semblable à celui d'autres régions réputées plus favorables (vitesse de croissance potentielle de l'herbe : 10 à 15 kg MS/ha/°.j).
Pour expliquer les écarts entre la production obtenue par les éleveurs avec une fertilisation azotée de 50-80 kg N/ha et le potentiel, les courbes de dilution qui relient les teneurs en N, P, K à la matière sèche produite ont été utilisées.
La courbe de dilution de l'azote (N non limitant) montre que :
- dans tous les cas, la dose utilisée par l'éleveur est très insuffisante ; même multipliée par 1,5 à 2, elle ne permet pas d'atteindre le potentiel ;
- dans certains parcelles, l'insuffisance minérale en P et en K a été identifiée par la distance des points aux courbes de dilution P et K. Un essai complémentaire le confirme.
Les techniciens de terrain peuvent mettre en œuvre dès aujourd'hui cette démarche légère par la mesure des productions et des teneurs en éléments minéraux de l'herbe. Les courbes de dilution N, P, K seront des outils de diagnostic et de classement par rapport à l'insuffisance minérale.

Télécharger l'article

PDF - 623,94 ko