Numéro #236

31 décembre 2018

Numéro non thématique

Le modèle « Moorepark - Saint-Gilles Grass Growth » (MoSt GG) de prévision de croissance de l’herbe en conditions de pâturage

auteur : RUELLE E. | co-auteurs : DELABY L. Hennessy D.

Dans les régions tempérées, grâce à son faible coût alimentaire, l’herbe pâturée est la solution la plus économique pour l’alimentation des bovins. Cependant sa gestion est complexe du fait de l’incertitude associée à la prévision de sa croissance. Intégré à des outils d’aide à la gestion du pâturage, le modèle de croissance d’herbe Moorepark Saint-Gilles Grass Growth (MoSt GG) va permettre d’anticiper et donc faciliter la gestion du pâturage.
Ce modèle de croissance est un modèle dynamique et mécaniste simulant principalement la croissance d’herbe et l’azote prélevé et lessivé. Le modèle est sensible au climat ainsi qu’à la fertilisation azotée et aux événements de défoliation (fauche ou pâturage). Le modèle a été utilisé pour simuler 10 années climatiques sous 4 niveaux de fertilisation azotée en conditions de pâturage. Ses résultats de croissance annuelle et de réponse à la fertilisation sont conformes à la réalité : avec notamment une réponse moyenne à la fertilisation qui diminue avec l’augmentation des apports et une bonne prise en compte des effets de la variabilité climatique. De plus, une relation étroite entre l’azote lessivé et les variables de pluviométrie automnale et du nombre de jours de pâturage annuel a été décrite.

Ruelle E. & al., 2018. Le modèle « Moorepark - Saint-Gilles Grass Growth » (MoSt GG) de prévision de croissance de l’herbe en conditions de pâturage. Fourrages n°236. 255-262

The Moorepark Saint-Gilles Grass Growth (MoSt GG) model is a dynamic and mechanistic model that simulates grass growth, grass nitrogen (N) content, and N leaching. It incorporates information on weather conditions, N fertilisation, and defoliation events (grazing or cutting), and it utilises a daily time step. The model was used to predict what would happen under grazing conditions over 10 weather years and 4 levels of N fertilisation. The model's results for annual growth and response to fertilisation matched previously obtained empirical observations. Notably, the response of the grass decreased as fertiliser level increased. The model did a good job of simulating the effects of climatic variability among years: overall grass growth was low in years with dry summers. Furthermore, the results revealed a relationship among N leaching, the annual number of grazing days, and autumn rainfall.

Les articles récents (moins de 2 ans) ne sont disponibles qu'aux abonnés.