Journées de Printemps 2011

le 30 mars 2011

Récolte et valorisation des fourrages conservés : les clés de la réussite !

Les clés de la réussite des fourrages conservés : l'ensilage d'herbe en Suède

Sporndly R. Nilsdotter-Linde N.

En Suède, les prairies temporaires et les cultures fourragères représentent 45% de la SAU. La période decroissance de l'herbe varie de 150 à 240 jours et la saison de pâturage dure entre 2 mois (au nord) et 4 mois (ausud), ce qui nécessite des stocks de fourrage importants pour le reste de l'année.Dans les années 70, des travaux sur l'ensilage d'herbe ont souligné ses atouts par rapport au foin réalisétraditionnellement : l'ensilage assure un fourrage de meilleure valeur alimentaire car il permet de récolter l'herbeau bon stade et avec moins de pertes. A une période où les exploitations agricoles laitières continuaient à serestructurer, la technique de récolte par ensilage s'est rapidement diffusée grâce à une bonne couverture de cettefilière par les techniciens de développement. Au cours de la décennie suivante, la production laitière s'est encoreconsidérablement accrue grâce à l'utilisation des concentrés, associée à un accroissement de la part de betteravesdans les rations ; elle est passée de 5 900 kg lait/VL en 1980 à 8 300 kg lait/VL en 2008. Du fait del'augmentation du prix des concentrés, on a constaté un certain retour à l'ensilage d'herbe dans les rations (rationtype pour une vache haute productrice en 2008 : 10 kg MS d'ensilage + 16 kg concentré, composé de 45% degrain, 35% de pulpes de betterave et 20% de concentré protéique).Dans les élevages à viande, souvent de plus petites dimensions, l'ensilage d'herbe s'est surtout développégrâce à l'ensilage mi-fané et enrubanné. Dans les années 90, bien qu'ils soient très attachés au foin, les éleveursde chevaux, assez nombreux en Suède, ont eux aussi introduit le mi-fané dans les rations, suite à des résultatsexpérimentaux.Les prairies ensilées sont essentiellement composées de fléole (en raison de sa pérennité grâce à une bonnerésistance aux conditions hivernales), de fétuque des prés, de ray-grass d'Italie, avec une proportion assezconstante de légumineuses (essentiellement du trèfle violet mais la luzerne se développe, quand le sol estfiltrant). Un travail de sélection est nécessaire pour développer des espèces fourragères productives et pérennesadaptées aux conditions suédoises. Le ray-grass anglais résiste mal aux hivers froids sauf dans le sud du pays ;des perspectives paraissent envisageables en améliorant sa teneur en sucres solubles. De même, le lotier semblemieux résister aux hivers froids en raison de sa teneur en tanins, qui s'avère également intéressante pouraméliorer la qualité des rations...Diverses expérimentations sont également présentées pour améliorer la qualité du fourrage : passer à 3coupes par an (au lieu de 2), introduire du trèfle blanc (plus persistant que le trèfle violet et plus productif quandon effectue 3 coupes/an). 

Télécharger l'article

PDF - 183,98 ko