Journées Professionnelles 2005

le 20 octobre 2005

Systèmes fourragers, Systèmes d'élevage et Travail

La diversité des logiques de travail en production laitière

LE GUEN R.

Depuis les années 1990, la standardisation du modèle de développement agricole est remise en cause, en particulier dans le domaine laitier, et les agriculteurs s'interrogent sur les structures et les conduites pertinentes en élevage laitier.
Les "logiques d'éleveurs" sont ainsi intéressantes à analyser pour comprendre la construction sociale du métier de producteur de lait et comment les éleveurs sont incités adapter leurs règles de conduite d'élevage. (Ces "logiques d'éleveurs" correspondent aux façons dont ils combinent leurs buts et leurs règles techniques et de travail, et certaines modalités de sociabilité professionnelle). Une enquête réalisée auprès de 69 éleveurs du Maine-et-Loire, dans le but d'identifier la diversité des logiques de travail des éleveurs, a mis en évidence 4 logiques :
- « Le temps, libre ce n'est pas notre priorité » : des éleveurs qui recherchent l'efficacité technique, passionnés par l'élevage laitier, et ne séparent pas la sphère professionnelle de la sphère familiale ;
- « On voudrait bien avoir du temps libre, mais on ne peut pas » : ces éleveurs sont plus âgés, moins motivés par l'amélioration de la productivité, plus attachés à la dimension locale ;
- « Objectif : dégager du temps libre » : des éleveurs motivés par l'accès à un mode de vie comparable aux autres actifs pour organiser leur travail ; ils prennent un week-end par mois et partent en vacances ; l'organisation en groupe est importante ;
- « Le temps libre, on a choisi et on y arrive » : ces éleveurs se distinguent des précédents par la recherche d'une plus forte séparation entre travail et vie sociale, par la recherche d'un meilleur revenu et d'un plus haut pouvoir de consommation. Leur identité correspond à un modèle entrepreneurial résolument moderniste.
Cette analyse est ensuite discutée et souligne la nécessité de la prise en compte de la diversité existant au sein de la filière.

Télécharger l'article

PDF - 52,98 ko