Journées Professionnelles 2006

le 27 mars 2006

Prairies, élevage, consommation d'énergie et gaz à effet de serre

Les consommations d'énergie dans les systèmes d'élevage bovin. Première contribution des Réseaux d'Elevage

Capitain M. Charroin T. Galan F.

Cette étude analyse les consommations d'énergie selon différents systèmes d'élevage bovin à partir de données collectées sur 107 exploitations des Réseaux d'Elevage pour l'année 2004. Les consommations des principaux postes des énergies directes et indirectes, soit environ 80 à 85% du total des consommations en exploitations d'élevage, sont rapportées globalement par hectare de SAU et, après affectation des consommations selon les ateliers : par 1 000 litres de lait pour la production laitière, par 1 000 kilos de viande vive pour la production de viande, et par hectare pour les productions végétales.
Avant l'analyse des données, une typologie a été appliquée. Elle intègre la combinaison de productions à partir de l'orientation technico-économique (OTEX), le type d'atelier lait selon le système fourrager et le type d'atelier viande selon les catégories d'animaux produits. L'analyse des consommations d'énergie au niveau de l'exploitation et selon les systèmes de production permet de mettre en évidence des niveaux de consommation différents selon les types et ainsi de réduire la variabilité des résultats. Au sein des systèmes laitiers, le système fourrager est plus discriminant que la présence ou non de cultures. En viande bovine, il existe une différence entre les systèmes spécialisés et ceux qui associent des cultures et aussi selon le type d'atelier viande (naisseurs et naisseurs-engraisseurs).
En production laitière (69 exploitations), la consommation moyenne d'énergie pour produire 1 000 litres de lait est de 93 EQF. Le poste Alimentation représente 38% de l'ensemble des consommations, et celui-ci tend à augmenter avec la part de maïs dans la surface fourragère. Les postes Fuel et Electricité sont de même importance avec 20 EQF/1 000 litres. Au sein des systèmes fourragers Dominant maïs, les systèmes spécialisés herbivores et les polyculteurs diffèrent non pour la consommation totale d'énergie par 1 000 litres de lait mais pour le rapport énergies indirectes sur énergies directes. Les postes Engrais et Concentrés ont un poids plus importants en polyculture. En production biologique, la consommation d'énergie est 22% plus faible par rapport au groupe des fermes conventionnelles.
En production de viande (38 exploitations), la consommation moyenne d'énergie pour produire 1 000 kg de viande vive est de 756 EQF mais avec une forte variabilité selon les systèmes de production. L'alimentation représente la part la plus importante avec respectivement 41% pour les concentrés et 12% pour les achats de fourrages. Les postes d'énergie directe représentent moins du quart de cette consommation avec une contribution très faible de l'électricité.
En grandes cultures (95 exploitations), la consommation d'énergie pour produire est de 345 EQF par hectare. Le poste Engrais, qui représente dans notre analyse l'ensemble des énergies indirectes, contribue pour 55% à ce résultat.

Télécharger l'article

PDF - 122,85 ko