Journées Professionnelles 2008

le 26 mars 2008

Prairies multispécifiques. Valeur agronomique & environnementale

Les prairies multispécifiques en France. Histoire, réalités et valeurs attendues

PELLETIER P. Hubert F. Capitaine M.

La prairie multispécifique est une prairie semée, de pérennité variable, caractérisée par un « assemblage » d'au moins 3 espèces, de familles botaniques différentes, en général des graminées et des légumineuses. Au cours des siècles passés et jusqu'à la moitié du XXème siècle, la prairie temporaire semée, hormis la prairie artificielle, était exclusivement multispécifique. La Révolution fourragère, en prônant la prairie monospécifique de graminées, a sonné le glas de ce type de prairie, considérée alors comme archaïque. Ce n'est qu'à la fin du XXème siècle que des éleveurs, agrobiologistes ou conventionnels, s'intéressent à nouveau à la prairie multispécifique.
La prairie multispécifique existe pourtant et correspond bien à une réalité dans un certain nombre de systèmes fourragers français. Sa place est toutefois difficile à cerner en raison du manque de précision des données statistiques, qui regroupent généralement les prairies multispécifiques et les associations. On peut toutefois estimer que les prairies dites « de mélange » représentent de 5 à 50% des prairies temporaires selon les régions françaises. Des enquêtes conduites dans deux régions, les Pays-de-la-Loire et l'Auvergne, confirment et précisent ces tendances. Leur analyse montre aussi les attraits et les limites de la prairie multispécifique et les nombreuses questions que se posent les éleveurs, en particulier sur la composition des prairies. La presse agricole peut aussi en être le relais. Trente-six articles ont paru sur le sujet entre 1998 et 2007. Généralement peu polémiques, ils mettent en avant les prairies multispécifiques, en s'appuyant sur des témoignages d'éleveurs. Les recherches sur la prairie multispécifique sont récentes et commencent à apporter des réponses. Du travail reste à accomplir pour répondre aux questions des éleveurs.

Télécharger l'article

PDF - 105,09 ko