Journées Professionnelles 2008

le 26 mars 2008

Prairies multispécifiques. Valeur agronomique & environnementale

Valeur agronomique de mélanges et d'associations conduits en agriculture biologique

Gayraud P. Fustec J. COUTARD J.

En élevage biologique, les associations et prairies multispécifiques à base de légumineuses s'avèrent être de puissants leviers pour augmenter la production et satisfaire à l'autonomie alimentaire de l'exploitation. Toutefois, si le fonctionnement des associations ray-grass anglais - trèfle blanc est bien documenté, il n'en est pas de même des prairies multispécifiques pour lesquelles le choix des espèces à semer dans les mélanges, l'entretien et la valeur alimentaire du couvert végétal posent de nombreuses questions. Dans le but d'apporter des éléments de réponse, nous avons effectué la synthèse des résultats de plusieurs expérimentations menées, d'une part, par Michel Obtention et l'ITAB à Provins (77) et, d'autre part, à la ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou (49).
Les résultats ont montré qu'en prairie multispécifique, il peut exister un "effet mélange" conduisant à des niveaux de production significativement supérieurs à ceux que l'on obtient avec des espèces semées en cultures pures. Que l'on soit sur sol profond ou superficiel, les mélanges multispécifiques sont plus productifs que les associations ray-grass anglais - trèfle blanc et plus robustes en conditions difficiles. Les résultats obtenus dans les deux sites montrent l'intérêt des graminées et légumineuses qualifiées de secondaires dans les prairies multi-espèces conduites en agriculture biologique. La valeur alimentaire des mélanges s'est révélée satisfaisante. Pour établir la composition de mélanges, les espèces doivent être choisies en fonction des conditions pédoclimatiques et du type de conduite. Le choix des variétés, comme celui des espèces, est important pour assurer un bon étalement de la production.
De nombreuses questions doivent être adressées à la recherche, pour permettre une meilleure valorisation de ce type de prairies en agriculture biologique. Ainsi, la biologie des espèces secondaires, en particulier les légumineuses, doit être mieux connue, de même que la nature des interactions et les effets de complémentarité que ces plantes peuvent entretenir avec les plantes voisines en fonction des facteurs pédoclimatiques et des pratiques. L'impact des légumineuses sur la matière organique du sol et sa minéralisation sont aussi des points importants. Enfin, les variétés fourragères inscrites ne semblent pas les mieux adaptées aux conditions agronomiques contraignantes et aux couverts prairiaux composés de plusieurs espèces.

Télécharger l'article

PDF - 78,36 ko