Numéro #206

30 juin 2011

Récolte et valorisation des fourrages conservés : les clés de la réussite (2e partie)

Fourrages conservés et modes de récolte : la situation selon les systèmes d'élevage en France

auteur : | co-auteur :

Par les volumes concernés et le double rôle qu'ils jouent dans l'alimentation des troupeaux et sur la sécurisation de la conduite des systèmes fourragers face aux aléas, les fourrages conservés sont un des points clés dans la conduite des troupeaux d'herbivores et le fonctionnement global des systèmes d'élevage. Cet article présente, dans une première partie, la situation globale des fourrages conservés en France et leurs évolutions récentes. Il ressort que les modes de conservation des fourrages récoltés ont évolué : l'ensilage de maïs qui représentait en 1994 environ 45% des fourrages stockés ne représente plus que 34% ; l'herbe conservée sous forme humide a progressé de 10% à 19%, augmentation essentiellement sous forme enrubannée, tandis que le foin est resté stable à 46 - 47% des matières sèches récoltées. Dans une deuxième partie, un état des lieux des modes de récolte et des quantités de fourrages récoltés dans les exploitations Bovin lait, Bovinviande, Ovin lait, Ovin viande et Caprin est réalisé à partir des données de 1677 exploitations des Réseaux d'Elevage. Les résultats montrent que, quelles que soient les filières, les modes de récolte sont divers en raison notamment des potentialités de cultures fourragères et des caractéristiques climatiques, des objectifs de production. Les quantités de fourrages récoltés sont les plus importantes en systèmes Bovin lait (3,4 t MS/UGB) avec 44% d'herbe et 53% demaïs ensilage. En production de Bovin viande, ces quantités sont de l'ordre de 2 à 2,3 t MS/UGB dont la nature (maïs/herbe) varie essentiellement selon les proportions d'animaux maigres et gras produits. En élevage Ovin viande, la variabilité des quantités stockées est importante et s'explique par une diversité des conduites et des surfaces valorisées. Il en est de même dans les exploitations d'Ovin lait et Caprin qui se distinguent par des achats de fourrages conservés beaucoup plus fréquents que dans les autres productions. 

Mots-clés : | | | | | | | | | | | | | | | |
Conserved forages and harvesting methods : situation in France based on different livestock farming systems

Methods used for conserving harvested forage have evolved over the last 15 years :haylage has increased while maize silage has regressed (-11%) and hay remains stable at 46% of harvested dry matter. Data collected from livestock farms (network of 1677 farms) allows for a more precise analysis of the diversity of harvesting methods and harvested quantities on dairy cattle farms, beef farms, dairy sheep farms, meat sheep farms and goat farms. On dairy cattle farms, harvested quantities equal 3.4 t DM/LU (44% grass, 53% maize silage), on beef farms, 2 to 2.3 t DM/LU, with a maize/grass distribution that varies in proportion to finished cattle. Dairy sheep and goat farms on the other hand rely on purchased conserved forage. 

Télécharger l'article

PDF - 875,18 ko

Complément d'informations

PDF - 131,89 ko