En France : les vaches laitières pâturent encore...

Retrouver l’ensemble des actualités fourragères

Cultures

Superficie développée en 2018 (ha)

pour les cultures fourragères

Choux racines et tubercules fourragers

15 367

Fourrages annuels

Dont maïs fourrage et ensilés plante entière

1 695 0401

422 201

Prairies non permanentes (luzerne, prairies artificielles) 3 271 0 23
Prairies naturelles ou semées > 6 ans 6 964 504
STH peu productives (parcours, landes, alpages) 2 439 340
TOTAL surface fourragère 14 385 274


Tour d'horizon du pâturage en France

Les surfaces destinées aux fourrages (annuels, permanents, ou autres cultures fourragères) représentent 14,4 millions d’hectares soit environ 50 % de la SAU française (fig. 1). En France, 95% des ruminants consomment de l’herbe (au pré ou distribué) mais dans des proportions variées.

Cependant, la surface de pâturage ainsi que le temps accordé au pâturage dépendent de nombreux facteurs comme l’espèce de ruminant, la production animale, les conditions pédo-climatiques, l’organisation du parcellaire et des objectifs de l’éleveur.

Figure 1 : Superficie développé en 2018 pour les cultures fourragère (Agreste 2010)

D’après la synthèse « le pâturage des vaches laitières françaises » édité par l’observatoire des élevages laitiers et le Cniel, 92% des vaches laitières françaises accèdent à des prairies (Agreste 2010). Bien qu’il y ait de fortes disparités entre les élevages dans la majeure partie des cas, l’herbe fait partie intégrante de l’alimentation de l’animal. La consommation de fourrages d’une vache laitière représente environ 14,4 t MS/UGB (soit en moyenne 0,8 ha /UGB)


En 2016, les fermes laitières françaises disposaient en moyenne de 37 hectares de surfaces toujours en herbe auxquels s'ajoutent 19 hectares de prairies temporaires et artificielles.

Répartition des vaches laitières au paturage

Figure 2 : Répartition des vaches laitières au pâturage

Une durée de pâturage en équilibre avec les besoins de l’animal ?

La durée de pâturage semble élevée pour une majorité de troupeaux : 64% pâturent plus de 210 jours et disposent de plus de 20 ares/UGB ; 7% des vaches laitières sont en zéro pâturage (herbe récoltée et distribuée à l'auge). 

La plupart du temps, les surfaces allouées aux  animaux sont insuffisantes pour atteindre une alimentation 100% à l’herbe.

Voir un exemple d’élevage 100% à l’herbe.

Les vaches laitières sont encore et toujours dans nos prés

Quantités de fourrages produits pour l'atelier bovin par type d'élevage et taille du cheptel, au niveau national

Une diminution régulière du pâturage est constatée, d'autant plus marquée que les troupeaux sont grands (cf. tableau ci-dessus). En effet, avec l’agrandissement des troupeaux, l’augmentation de la surface pâturable est nécessaire. Malheureusement il n’est pas toujours possible d’en trouver à proximité de la ferme (sachant que les vaches laitières doivent faire le trajet à la ferme 2 fois par jour pour la traite sauf en cas d'investissement dans un robot de traite). La gestion de troupeaux de plus en plus importants, engendre souvent l’arrêt du pâturage pour les vaches laitières.

Pourtant, avec l’augmentation du prix des matières premières, des aléas climatiques et des demandes sociétales de respect de l'environnement, de transparence et de bien-être animal, la valorisation de l’herbe et le pâturage représentent pour les systèmes d’élevage des modes de production susceptibles de répondre aux défis de demain.

Ainsi, aux États-Unis certains éleveurs se tournent à nouveau vers le pâturage.

Vers une disparition du pâturage ou un regain d’intérêt?

Source :

http://www.web-agri.fr/conduite-elevage/culture-fourrage/article/pourquoi-toutes-les-vaches-n-ont-pas-de-ration-a-base-herbe-1178-148474.html

http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/cd2019-4saavprovisoire.pdf

https://cniel-infos.com/Record.htm?idlist=1&record=10214494124920326769

Huyghe C., Van Den Pol-Van Dasselaar A. & Krause A., 2017. Le pâturage en France et en Europe : état des lieux et enjeux. Fourrages n°229, p. 1-10

RUBIN B., PERROT C. & QUENON J., 2017. Coûts de production et place du pâturage dans les systèmes fourragers bovins laitiers en France et chez nos compétiteurs. Fourrages n°230, p. 97-100