Numéro #240

31 décembre 2019

Les 60 ans de la revue

L’autonomie en protéines pour l’élevage européen est-elle à notre portée ?

auteur :

* Cet article est une synthèse d’une note publiée sur le site de l’Académie d’Agriculture en juillet 2019, dans la rubrique Point de vue d’académiciens sous le titre : "L’élevage européen peut-il se passer du soja américain ?" par A. Pflimlin, M. Rieu, P. Magdelaine, J.-M. Meynard, C. Allo.

En France comme en Europe, l'élevage utilise d'importantes quantités de soja importé. Les demandes sociétales (cultures non-OGM, refus de la déforestation) qui se font jour et la recherche d'autonomie en protéines incitent à reconsidérer les ressources protéiques des élevages, notamment pour les ruminants.
Les importations de soja varient selon les pays européens et proviennent des Etats-Unis, du Brésil et d'Argentine où la part de soja OGM dépasse 90%. En France, le soja ne représente que 50% des tourteaux utilisés pour l’élevage (porcin et bovin intensif). L'autorisation, dans certains cas, de mentionner l'absence d'OGM sur l'étiquette des produits a permis le développement de filières d'élevage non OGM malgré un surcoût de 80 €/t de tourteau. Une estimation montre que, en France, le soja OGM importé pourrait aisément être remplacé par du soja non OGM cultivé en France ou par l'accroissement de surfaces en légumineuses (pures ou en association). Un Plan Protéines favoriserait l'autonomie en protéines et l'évolution vers des systèmes d'élevage plus durables.

PFLIMLIN A., 2019. "L’autonomie en protéines pour l’élevage européen est-elle à notre portée ?". Fourrages n°240, p.311-315.

Mots-clés : | | | | | | | | | | |
Can European livestock farms attain protein self-sufficiency?

Among European countries, levels of soya imports vary. Such imports largely come from the US, Brazil, and Argentina, countries that overwhelmingly produce GMO soya (90%). In France, only 50% of the oil cakes used on livestock farms (intensive cattle and pig operations) are made from soya. Given societal demands (for non-GMO and deforestation-free products), authorisation has been granted in certain cases for products to use the "non-GMO” label, which has allowed the development of non-GMO sectors of the livestock industry, despite the additional cost of 80 €/t paid by farmers for the oil cakes. Estimates have shown that, in France, imported GMO soya could easily be replaced by locally grown non-GMO soya or by increasing the amount of land surface area dedicated to legumes (100% or as part of associations). A Protein Plan would encourage protein self-sufficiency and the transition towards more sustainable livestock systems.

Prix 10€

Les articles récents (moins de 2 ans) ne sont disponibles qu'aux abonnés.